Le mythe "The Brando"

Retour
Le mythe "The Brando"

Le mythe "The Brando"

L’atoll de Tetiaroa, considéré par beaucoup comme l’un des plus beaux joyaux naturels de Polynésie est situé à 53 kilomètres au nord de Tahiti et est un véritable sanctuaire naturel propice au calme et au repos. Vierge de toute construction, il n’accueille aujourd’hui qu’un éco-lodge de grand luxe, The Brando. Si ce nom de ce resort résonne en vous, c’est parce qu’il provient directement de son instigateur, le célèbre acteur américain Marlon Brando. En 1970, l’acteur acquiert cette île époustouflante de beauté, qui deviendra sa résidence très privée pendant trois décennies. Revenons sur l’histoire qui a mené à l’élaboration d’un tel projet écologique.

 

Mon esprit s’apaise toujours quand je m’imagine, la nuit, assis sur mon île du Pacifique…” ainsi s’exprimait Marlon Brando, amoureux du lieu et pionnier du tourisme durable, lorsqu’il parlait de son île de Tetiaroa. L’acteur américain, connu pour ses nombreux films qui ont fondé sa renommée en Amérique, avait pourtant l’image d’un homme simple et accessible durant ses haltes en Polynésie, flânant à Papeete avec son chapeau de paille et son sac en niau (palme tressée). Fasciné par Tetiaroa qu’il considère comme ce qu’il a vu de plus beau dans ce monde, il ne poursuivra qu’un seul but : préserver la beauté stupéfiante de l’atoll, ses atouts naturels et son incroyable biodiversité.

 

Après plusieurs années de robinsonnade, Marlon Brando a eu la vision d’un luxueux éco-lodge implanté sur son île de Tetiaroa. Il entra alors en relation avec Richard “Dick” Bailey (président du groupe Pacific Beachcomber, propriétaire des hôtels InterContinental et de The Brando) pour réaliser un audit de Tetiaroa Village afin d’étudier la possibilité qu’il en prenne la gestion. L’établissement d’ores et déjà créé par Marlon Brando était charmant, empreint de la culture et de l’esprit polynésien, mais ne respectait pas les attentes de la clientèle internationale : pas de climatisation, pas de portes etc. Après un premier refus de Dick Bailey, l’acteur américain insista et obtenu finalement l’appuie du propriétaire du plus grand opérateur hôtelier de Polynésie pour la mise en oeuvre de ce projet fou. Ainsi, depuis 1997 jusqu’à 2004, année de la mort de Marlon Brando, ils collaborèrent ensemble pour faire naître The Brando.

Marlon souhaitait un établissement qui soit à 100 % autonome sur le plan énergétique et qui dispose d’un grand confort, une association difficilement compatible. Quand bien même, le défi fut surmonté grâce à des astuces et innovations telles que le SWAC, un système d’air conditionné novateur fonctionnant à l’eau de mer puisée à 900 mètres de profondeur ou encore les nombreux panneaux photo-voltaïques qui fournissent une grande partie des besoins en électricité et en eau chaude de ce concept “une île-un hôtel”. Une autre volonté farouche était de préserver le cadre naturel de l’île dans lequel il s’est délicatement niché et ne pas altérer l’environnement, d’où la construction de bungalows intégrés au décor naturel plutôt que des pilotis. L’éco-lodge accueille également aujourd’hui une entité scientifique capable de recevoir 12 chercheurs… Ce que Marlon Brando souhaitait !

lundi, 06 février 2017 10:08

Le Mag

Une invitation au voyage et toutes nos bonnes adresses pour visiter le monde : à faire, où dormir, de bons restos, de bons plans et de petites merveilles à découvrir...

Suivez notre actualité

Suivez l'actualité de Voyage de Légende et recevez les derniers postes du Blog

L'expertise voyage de légende

Une équipe d'experts

Un voyage personnalisé

Des adresses secrètes

Une assistance à tout instant